Heure Vagabonde - Conseil et organisation de voyages

Slideshow Image 1
Slideshow Image 2
Slideshow Image 3
Slideshow Image 4
Slideshow Image 5
Slideshow Image 6
Slideshow Image 7
Slideshow Image 8

Route de la soie en Ouzbékistan

Contemplation et approche artisanale sur la route de la soie en Ouzbékistan

Registan, coeur de la route de la soie en Ouzbékistan

Durée : 11 jours
Période : de mars à novembre

C'est en Ouzbékistan, carrefour de la route de la soie, que nous découvrirons trois cités légendaires parmi les plus belles du monde : Khiva, Boukhara et Samarcande.

Admirez les merveilles architecturales de l'art persan, le long de la route de la Soie qui doit son nom à la marchandise la plus précieuse qui y transitait : la soie, dont seuls les Chinois connaissaient le secret de fabrication. 


Un séjour de charme, à la découverte des joyaux qui jalonnent la route, en communion avec la vie traditionnelle du kichlak ouzbek (village ouzbek) et pour s'initier à l'artisanat local, de l’art culinaire à la peinture miniature boukhariote...

PROGRAMME

Jour 1 :
Paris –Tachkent

Vol International pour Tachkent. Nuit dans l’avion.

Jour 2 :
Tachkent - Ourgencth - Khiva

Arrivée le matin à Tachkent, la capitale ouzbèke. Accueil à l’aéroport par votre guide francophone et transfert dans une maison d’hôtes pour un peu de repos et un petit déjeuner.

Au premier abord, Tachkent (qui se traduit « ville de pierre ») est une grande ville moderne de près de 3 millions d’habitants, la première métropole d’Asie centrale. Elle ne révèle pas grand-chose de son histoire bimillénaire de carrefour des anciennes routes caravanières. On y découvre la froideur des grandes avenues soviétiques avec quelques bâtiments qui vont avec. Ce qui fait le succès de Tachkent, c’est avant tout son climat clément, favorable à l’agriculture, assez rare en Asie Centrale. Tachkent est principalement alimentée en eau par la rivière Tchirtchik, venant des montagnes de Tian Shan, toutes proches. Il est ainsi possible de skier à 70 kms de Tachkent. 
Malgré les ravages des conquérants et des tremblements de terre, la ville possède quelques endroits emblématiques, dont la visite est incontournable : le vieux Tachkent et sa place Khast-Imam, des parcs, des grands marchés…

Visite de la capitale : l’ensemble de Khasti Imam avec le mausolée Abou Bark Mohammed Kaffal Chachi, la médersa  Barak Khan et le Coran sacré d’Outhman.

La capitale de l’Ouzbékistan est célèbre pour ses superbes marchés couverts, les bazars (bozorlari en ouzbek) pittoresques et vivants. Les plus connus sont Oloy (Alaïski), Chorsu, Farhod (Farkhadski) etc. Les étalages regorgent de fruits secs, de grenades, d'épices parfumées, de pommes, de poires, de kakis...

Visite du bazar Tchorsu et de ses échoppes d’artisanat. Déjeuner dans un « tchaykana » sur le marché.

Tchaykana : restaurant traditionnel ouzbèke comprenant des « tchorpoya » petites estrades à quatre pieds (cf : abécédaire des mots clés). On y déjeune assis en tailleur, à genoux ou comme cela nous semble le plus confortable. On y commande le plat que l’on veut. Il est également possible de cuisiner soi-même avec ses propres provisions !

Transfert à l’aéroport national et vol pour Ourgentch, puis petit transfert en voiture jusqu’à Khiva (30 km), direction la plus reculée, mais aussi la plus intacte ville qui jalonne la route de la soie.

Installation dans une maison d’hôtes de charme. En fonction de l’heure d’arrivée, une balade dans la vieille ville s’impose.

Diner dans un restaurant local.

Nuit dans une auberge de charme.

Jour 3 :
Khiva la ville forteresse et ses marionnettes

Entourée de ses murailles millénaires, Khiva la rebelle tient de l'oasis et de la forteresse. Khiva fut l'un des plus grand marchés d'Asie Centrale. Sa prospérité perdura jusqu'au début de notre siècle. Repère des pirates et des voleurs, Khiva était avant tout réputée pour son trafic d'esclaves qui ne prendra fin qu'en 1920 avec la victoire des russes.  
Aujourd’hui véritable musée à ciel ouvert, Khiva incite les visiteurs à traverserez le labyrinthe de ses ruelles d’ITCHAN KHALA, la ville intérieure classée au patrimoine de l’UNESCO.

Visite de Itchan Khala dans la matinée : vous y découvrirez une multitude de medersas (universités musulmanes), mausolées et mosquées dominées par leurs minarets turquoise et bleu.

Déjeuner dans un restaurant local.

Dans l’après-midi, découverte de l’artisanat local : 
Rencontre avec le fabriquant de marionnettes et initiation à la fabrication de ces jolies marionnettes en papier mâché, une des spécificités de Khiva.

Durée du cours : 2 heures

Diner et balades nocturnes dans Khiva, sous les lumières magiques !

Nuit dans une auberge de charme.

Jour 4 :
Sur la route du désert de Khiva à Boukhara (450 km)

Nous quittons la province de Khwarezm en longeant, durant les 80 premiers kilomètres, le fleuve Amou Daria, véritable serpent bleu dans le désert de Kyzylkum ; puis  nous traversons la steppe aride.

Le désert de Kyzylkoum (sables rouges) sépare l'oasis de Khiva et celle de Boukhara. Le long de la route qui relie ces deux villes (il ne faut plus que huit heures en voiture), on trouve encore, à intervalles réguliers, les sardoba (citernes), qui conservaient une eau fraîche pour les caravaniers et leurs montures. Les caravanes qui traversaient le Kyzyikoum pouvaient voir la flamme qui brûlait en permanence tout en haut du « Grand minaret », le minaret Kalian, le phare du désert. A mesure qu'elles approchaient elles distinguaient le fût ambré du minaret, puis les contours des fortifications qui se découpaient sur un ciel toujours bleu. Une fois passé la porte de la ville, la caravane se perdait dans le labyrinthe des ruelles étroites de Boukhara.

Arrivée à Boukhara dans la soirée et installation dans un bel hôtel de charme pour trois nuits.

Jour 5 :
Découverte de Boukhara

Boukhara, autre pain, autre décor. La perle de la Route de la Soie, au milieu des sables est une étape majeure. Boukhara a longtemps été un centre économique et culturel important de l’Asie centrale. Cette ancienne cité perse a servi de centre majeur de la culture islamique durant de nombreux siècles.
La ville la plus sainte d'Asie centrale et la plus magnifiée des érudits est une cité majestueuse qui vous enchante avec ses jolies ruelles, ses bazars, son activité artisanale, la diversité de ses monuments qui couvrent un millénaire d’histoire (dont 140 sont classés au patrimoine de l'humanité par l'Unesco), sa forteresse de l'Ark, ses trésors de l'architecture hydraulique, dont le Liab i-Haouz où toutes les générations se retrouvent le soir à l'ombre des mûriers. Toute une atmosphère pour une ville de grand charme.

Visite très complète de la ville, l'une des plus anciennes cités d'Asie centrale. Sa longue évolution architecturale, samanide, seldjoukide, timouride puis cheybanide nous a laissé cet océan de coupoles turquoise, de minarets effilés, de medersas, de mausolées et de mosquées aux imposantes façades de céramiques déclinant tous les tons de bleu.

Ainsi se dressent la citadelle de l’Ark (autrefois résidence de l'Emir), le mausolée d'Ismaîl Samani en brique cuite et celui de Tcheshma Ayoub, la « source de Job », la mosquée Kalian et la medersa d'Ouloug Beg surveillées par leurs imposants minarets. Le Tok Sarrafon (marché des changeurs) et le Tok Telpakfourouchon (marché des chapeliers), qui abritent aujourd’hui des boutiques d’artisanat et la curieuse petite medersa de Tchor Minor.

Nuit dans votre hôtel de charme

Jour 6 :
Initiation à l’art de la miniature (peinture boukhariote)

Flânnerie libre dans la matinée dans la vieille ville. L’après-midi, rencontre avec le talentueux artiste miniaturiste Davlat Toshev dans sa galerie d’art privée.

L'origine des peintures miniatures remonte à leur utilisation dans les livres de poésie, ou les artistes représentaient des scènes décrites dans les livres. La tradition des miniatures en Asie centrale remonte au règne de Tamerlan (1370-1405). Au début des années 1700, Boukhara devint le centre de la miniature.

Mr Davlat Toshev descend d'une longue lignée de peintres miniaturistes. Après avoir appris les techniques de son père qui lui a également enseigné l'art de la calligraphie, il représente aujourd'hui la septième génération de peintres miniaturistes. Le travail de Davlat dépeint des scènes de la vie quotidienne des temps anciens, y compris des scènes de bataille et des œuvres calligraphiées. Davlat crée des miniatures sur des papiers de soie faits à la main. Cette tradition qui renait en Ouzbékistan. Ses outils de travail comprennent une loupe, une grande variété de pinceaux et de crayons, et des feuilles d'or et d'argent. Il utilise aussi de la tempera et des couleurs naturelles.

Initiation à la miniature boukhariote sous la direction du Maître miniaturiste de Davlat Toshev.
Durée du cours : 2 heures.

En soirée, en option : hammam traditionnel Boukhariote. Dîner

Nuit dans votre hôtel de charme.

Jour 7 :
Boukhara – Village Qunghirot dans la campagne ouzbèke  (180 km)

Après le petit déjeuner, départ pour la campagne ouzbèke. Arrêt sur la route pour visiter  Guijdouvan et  son atelier  de céramistes chez Abdoulla Narzulaev. Une autre halte pour visiter les vestiges du caravansérail Malik Robot du XIIs, et  Sardoba un système de ravitaillement d’eau dans le désert.
Nous arrivons au village de Qunghirot pour l’heure du déjeuner. Excellent repas traditionnel arrosé de vodka, en compagnie d’une famille ouzbèke qui nous accueille d’une manière très conviviale, comme lors d’une fête locale.

Dans l’après-midi on peut se détendre ou visiter le village, ou encore s’initier à l’art culinaire avec la maitresse de maison. Préparation du dîner et notamment du « palov », une sorte de pilaf, plat national très bien épicé avec de la viande de bœuf.

Après le diner, soirée dansante avec les villageois. 
Nuit chez l’habitant.

Jour 8 :
Qunghirot – Samarcande (50km)

Après le petit déjeuner, en route pour Samarcande (une petite heure de trajet).

Samarcande est une ville dont le nom sonne comme une promesse, celle de splendeurs venues d’ailleurs, renvoyant aux récits des explorateurs et aux mythologies exotiques. Tant de fois nous avons entendu les visiteurs dire : « ce genre de ville, on en a tous rêvé et lorsqu’on la découvre on est émerveillé ! ».
Samarcande est une ville de légende protégée par le désert, la cité bleue aux mille mosaïques, que son Prince Tamerlan a voulue sans égale dans toute l'Asie. Rien n'était trop prestigieux pour lui. Ni les dentelles de pierre que seuls les vieux artisans savent encore restaurer. Les quartiers traditionnels fourmillent d’activité et de culture, l’histoire se mêle aux légendes, seul bémol, le quartier restauré et touristique avec ses grands monuments ne se mêle pas aux quartiers populaires…

Dès l’arrivée nous entamons la visite de cette autre ville de la route de la Soie. On y admire  les merveilleuses medersas de la place du Réghistan, cette imposante « place des sables », puis la célèbre mosquée de Bibi Khanum et ses légendes, enfin, les mausolées de Shah-i-Zinda « le roi est vivant ».

L’ensemble du Registan : une symphonie de faïences éblouissantes 
Au cœur de la ville, cette place est l’un des grands points d’attractions culturel de l’Asie centrale, Ancien centre de l'empire timouride, elle se compose de trois grandioses madrasa bâties au XVème siècle.

À côté de l’imposant  mausolée de Roukhabad, se dresse le Gour-Emir, le tombeau de Tamerlan, qui, outre celle du grand conquérant, conserve les dépouilles de certains de ses fils et celle d’Oloug Beg, le prince féru d'étoiles. En découvrant l'observatoire d’Oloug Beg édifié sur la colline de Tai-i-Rassad et, dont le sextant géant comptait parmi les instruments les plus performants de son temps, nous évoquerons la fascinante personnalité du petit-fils de Tamerlan, prince poète, philosophe et astronome.

Dîner et hébergement en maison d’hôtes de charme

Jour 9 :
Samarcande – village Ghous - Samarcande

Après le petit déjeuner, départ pour le village Ghous où la famille de Mme Isaeva nous accueille. Une famille d’habiles artisans, laureats de plusieurs prix dans la spécialité artisanale de broderie sur soie, appelée « Suzanis ».

Les suzanis, du mot persan « aiguille » sont des travaux d'aiguilles de broderie sur soie, traditionnels tribals et décoratifs, très typiques d'Asie centrale. Les plus anciens datent de la fin du XVII siècle, les plus réputés étaient ceux de Boukhara, Samarkand, Tachkent et de la vallée du Ferghana. Ils jouaient un rôle majeur dans le décor de la maison et déterminaient tous les événements importants des passages de la vie. La broderie était un art traditionnel pratiqué par les femmes qui restaient au foyer. Dès leur plus jeune âge, elles pratiquaient cet art avec dextérité. Cela faisait partie de leur mode de vie. On donnait à ces broderies une valeur magique et protectrice qui devait éloigner le mauvais œil et apporter bonheur, prospérité et longévité. Les pièces brodées étaient aussi la dot (couvres-lits et tentures murales), destinées à décorer les murs de la chambre nuptiale et le lit des jeunes mariés.

Initiation à la broderie locale dans la matinée. Retour à Samarcande en milieu d’après-midi.

Dîner et nuit en maison d’hôtes de charme

Jour 10 :
Samarcande – Tashkent

Matinée de libre à Samarcande.

En fin d’après-midi transfert à la gare ferroviaire pour prendre le train Afrossiob à destination de Tashkent à 17h00 (horaire indicatif).  
Arrivée et installation à votre hébergement à Tachkent.

Diner d’adieu et nuit en maison d’hôtes

Jour 11 :
Tashkent – Europe

Transfert tôt à l’aéroport de Tachkent, vol de retour en France.

 

PRIX par personne :

Base de voyage à personnaliser pour 2 à 8 participants : à partir de 1 945 euros
• Prix par personne sur base de 2 : 2 450 euros
• Prix par personne sur base de 7 à 8 : 1 945 euros

Ce budget comprend :

• Vol international et taxes aéroports
• Transport (véhicule adapté à la taille du groupe)
• Encadrement : Guide francophone et chauffeurs
• Hébergements en petites structures de charme, chambre double/twin (130 euro supplément chambre single)
• Repas en pension complète
• Toutes les entrées dans les musées et monuments
• Les ateliers et initiations à l’artisanat local mentionnées dans le programme
• Ticket du train rapide « Afrossiob » en  seconde classe
• Le vol domestique  Tashkent – Ourgentch

Il ne comprend pas :

• Le visa (70 euros)
• Assurance individuelle
• Pourboires, boissons et dépenses personnelles
• Supplément chambre individuelle

AddThis Social Bookmark Button
Vous êtes ici Destinations & Circuits i Voyages en Asie Centrale i Route de la soie en Ouzbékistan